Elbey-Arabians Logo

Pyramid Society

Le but de la « Pyramid Society »?

Garder et améliorer la pureté des chevaux Pur Sang Arabe d’origine égyptienne, tel est Dans les pays anglophones on les appelle « Straight Egyptians », et l’histoire d’élevage se laisse remonter jusqu’à environ 1800 ans. Il n’est pas dans le but de la Pyramid Society de déclarer que les straight egyptians sont les meilleurs PSAr, mais l’élevage se trace jusqu’aux chevaux du désert et la beauté, la vitalité, la fierté et la noblesse des chevaux égyptiens est incontestable. Déjà les pharaons, Roi Salomon et Mahommed ont connu et apprécié les qualités de ce cheval exceptionnel, venant du désert Nejd.

La base des chevaux pur sang égyptiens d’aujourd’hui sont les chevaux qui furent importés ou élevés en Egypte par Mohammed Ali (1769 - 1848), Ibrahim Pasha (1789 - 1848) et Abbas Pasha (1813 - 1854).

C’est sous le régime d’Ibrahim Pasha que les naissances, les saillies et les origines furent enregistrées, mais c’est le petit-fils de Mohammed Ali, Abbas Pasha, qui fut le fondement de l’élevage « straight égyptien ». Abbas Pasha était le plus grand connaisseur des lignées et de leur pureté de son époque. Sous ses ordres toutes les informations possibles sur les chevaux des bédouins furent collectées et notées.

 

Le résultat est le « Abbas Pasha Manuscrit », écrit par Aliu Gamalal Din el Shamashirgi Bey. Ce livre important fut traduit par Gülsün Sherif et publié avec l’aide précieuse de Madame Judith Forbis, elle-même éleveuse réputée de Pur Sang Egyptiens (Ansata Stud USA). Sur la base de ce livre et des informations, l’élevage des chevaux « straight egyptian » continue, grâce à la famille royale, notamment Ali Pasha Sherif, Khedive Abbas Hilmi, et les princes Mohammed Ali, Kemal el Din et Ahmed Kemal.

Le haras royal « Inshass » hébergeait le plus grand nombre de chevaux pur sang de l’Orient. Avec la création de la « Royal Agricultural Society » (RAS) en 1908, l’enregistrement des chevaux d’élevage fut centralisé. Quelques années plus tard la RAS change de nom et devient « l’Egytian Agricutural Organisation » (EAO), qui est aujourd’hui responsable du haras national « El Zahraa » (la fleur) à Heliopolis/Caire avec environ 300 poulinières.

 

Les produits de l’élevage ont trouvé des acheteurs et amateurs partout dans le monde. La qualité absolue et les sélections sous les ordres de Tibor de Pettko-Szandtner (directeur et responsable d’élevage à El Zahraa) sont à l’origine de l’excellente réputation des chevaux « straight egyptians ». Des noms comme Hadban Enzahi, Ghazal ou Moheba font rêver.

Petite anecdote Toujours à la recherche du « cheval idéal », Madame Forbis et son mari Donald, arrivent en Egypte en 1959. C’est Carl Raswan, auteur des livres sur le cheval arabe, qui leur avait proposé de chercher en Egypte directement, après n’avoir rien trouvé dans le désert arabe. A « El Zahraa » leur recherche touche à sa fin, les chevaux « idéaux » ont été trouvés. Après avoir acheté plusieurs juments, le gouvernement égyptien leur fait cadeau de « Ibn Halima » (Nazeer x Halima).

 

L’histoire du succès des chevaux Pur Sang Egyptiens ne pouvait plus être arrêté. Un autre éleveur américain, Douglas B Marshall, fit l’achat de « Morafic » (Nazeer x Mabrouka) avec une offre spectaculaire, presque impossible à être dépassée par les acheteurs venus de la Russie. Pour l’Allemagne c’était surtout le Dr Nagel, éleveur particulier, le pionnier de l’élevage pur sang égyptien.

Les éleveurs des « straight egyptian horses » aux Etats-Unis se sont regroupé et la « Pyramid Society » fut créée en 1969. Les chevaux enregistrés par la Pyramid Society sont publiés dans le « Reference Handbook of Straight Egyptian Horses ». En 1987 la Pyramid Society Europe a vu le jour. Les chevaux européens pur sang égyptiens, sont listés dans l’ « Almanach I » publié en 1990, l’Almanach II en 1999 et l’Almanach III en 2001.

Définition du cheval « Pur Sang Egyptien » (Straight Egyptian)


1) Le cheval doit être obligatoirement enregistré dans un stud book accepté par la WAHO
2) ses lignées doivent pouvoir être retracées jusqu’aux chevaux venant des bédouins
3) descendent directement :
   a) de l’élevage des chevaux de Abbas Pasha I ou Ali Pasha Sherif ou
   b) des juments RAS/EAO et enregistrés dans le stud book Tome I page 45 (à partir de), à l’exception des étalons « Registan » et Shargasi, qui portent dans leurs origines des éléments douteux, qui ne sont pas conformes aux critères de la Pyramid Society. Non acceptés sont aussi les chevaux venant d’un élevage égyptien de particuliers, les naissances datant d’avant l’enregistrement ont été prises en charge par la EAO.

L’exclusion de l’étalon « Registan » est basée sur le fait que dans ses lignées se trouve l’étalon polonais « Skowronek ». Malgré l’importance de ce cheval dans l’élevage pur sang arabe, ses origines douteuses ne sont pas compatibles avec l’élevage d’un cheval « straight egyptian ». Les origines de « Sharkasi » ne sont pas non plus conformes aux statuts de la Pyramid Society.

La Pyramid Society n’est pas la seule organisation qui s’occupe de l’élevage Pur Sang Arabes dans des lignées très strictes. Voir aussi « Asil Club et Al Khamsa » pour plus d’informations.

Source : www.horse-village.com

Copyright © 2008 - 2017 by Elbey-arabians