Elbey-Arabians Logo

Microkinésithérapie

Qu’est-ce que c’est ?

La microkinésithérapie, élaborée dans les années 1980 en France par les kinésithérapeutes Patrice Benini et Daniel Grosjean, est une technique manuelle de bilan et de soin qui vise à trouver, dans l'organisme du patient, les « traces » d'événements traumatiques somatisés, et de stimuler les zones concernées pour déclencher les mécanismes naturels d'auto-correction aptes à les éliminer. En bref, cette technique permet au corps de se guérir lui-même.

 


Comment cela fonctionne-t-il ?

Le corps (humain ou animal), est conçu pour s’adapter, se défendre et s’auto-corriger en cas d’agressions traumatiques, émotionnelles, toxiques, virales, microbiennes ou d’environnement. Lorsque l’agression est supérieure aux possibilités de défense de l’organisme, le tissu corporel souffre et il y a mémorisation de l’agression. La modification de la vitalité tissulaire peut faire apparaître différentes manifestations locales ou à distance.

 

Par des techniques manuelles spécifiques, la microkinésithérapie va chercher les traces laissées dans l’organisme par ces agressions et effectuer des actes stimulant les mécanismes d’autocorrection afin d’éviter la dégradation des tissus et d’en rétablir les fonctions.

 

M. Grosjean qualifie la microkinésithérapie « d'homéopathie mécanique de restauration de terrain ». Grâce des palpations, le thérapeute détecte entre ses deux mains des zones de restriction où la peau a perdu de sa mobilité. Il retrouve les traces laissées par des agressions dans les différents tissus ou organes du corps. Ces « traces », selon l'endroit où elles se situent à la surface du corps, indiquent quels organes, glandes ou tissus sont à l'origine du malaise. En effet, l’embryologie (science anatomique étudiée par tous les médecins et vétérinaires), permet  d’établir des relations précises entre des zones dermiques et des muscles. La palpation des zones cutanées permet de faire le lien avec des muscles bloqués et, bien sûr, de les corriger.

 Par exemple, une lombalgie peut provenir d'un lointain accident à un genou ou d'une tension émotive refoulée (on en a « plein le dos »). Une fois que le corps a indiqué où se situe l'origine de l'agression, le thérapeute y effectue un geste correcteur le plus petit possible (d'où le terme micro-kinésithérapie) pour que le système d'autocorrection du corps du patient se remette en route.

 

De même, l’étude de l’évolution du système nerveux, les liens de celui-ci avec des localisations épidermiques précises ont pu être établis. Les mêmes principes de détection sont donc applicables aux lésions d’origine nerveuse (chocs psychiques, émotionnels) ou d’origine muqueuse ou endocrinienne comme les intoxications alimentaires, respiratoires, la radioactivité, (radiothérapie, scanner, etc.), la chimiothérapie, les microbes, les virus, etc.

 


Comment cela se passe-t-il ?

Lors d’une consultation pour un traitement global, le praticien effectue une série de tests qui permettent de découvrir des blocages à différents niveaux. Ces tests sont des palpations douces en différents endroits du corps. Ensuite, il ré-informe l’organisme par une stimulation minime qui permet au corps de s’auto-corriger. Souvent, le praticien trouve des lésions dont la personne n’a pas parlé, dont parfois elle a perdu le souvenir, mais qui restent néanmoins inscrites dans son organisme. Il est même possible de dater les lésions avec une certaine précision, de trouver dans quel domaine elles se sont manifestées, de décrypter les dérèglements qu’elles ont entraînés. Cette possibilité de découvrir le problème par palpation, sans avoir eu de demande verbale, est évidemment essentielle pour soulager un animal.

 

Il est aussi possible de ne faire qu’un traitement fractionné, ciblé sur un problème particulier ou très aigu. Sauf si ces épisodes se répètent fréquemment : cela indiquerait qu’il existe une cause profonde à découvrir pour traiter correctement le problème.

 


Est-ce une science de rebouteux ?

Pas du tout ! Cette méthode tout à fait originale n’a aucun rapport avec le magnétisme ou l’ « imposition des mains ». Elle ne comporte rien de secret ou d’occulte, elle ne demande aucun pouvoir mystérieux et ne se réfère à aucune philosophie. La microkinésithérapie a été conçue à partir de données scientifiques et rationnelles, telles que l’embryologie, la physiologie cellulaire et la kinésithérapie. Elle a fait l’objet de multiples expériences qui ont prouvé son efficacité.

 

Pourquoi ne pas simplement masser la zone douloureuse ?

 Parce que la mémoire traumatique qui cause la douleur n’est pas forcément à l’endroit de cette douleur. Le corps est une machine complexe où des réactions en chaîne peuvent se faire sur de longues distances. C’est pourquoi le traitement n’est pas localisé uniquement sur une partie mais sur l’ensemble de l’organisme. Le microkinésithérapeute considère le corps dans sa globalité. Ainsi, des douleurs lombaires peuvent avoir pour origine un dérèglement des glandes parathyroïdes situées à la base du cou : celles-ci envoient un message chimique erroné qui provoque des spasmes des muscles de la colonne au niveau lombaire.

Le praticien ne va pas seulement soulager la douleur, il va aider le corps à éliminer les risques qu’elle revienne, se déplace ou qu’elle dégénère. Il s’attaque à la cause du problème.

 

Est-ce scientifique ?

 Aujourd’hui, on considère comme scientifique ce qui a été évalué. La microkinésithérapie a fait l’objet de dizaines d’évaluations, dont certaines en milieu hospitalier, et selon des protocoles rigoureux (double aveugle…) qui montrent l’effet bénéfique de cette technique. Des recherches en laboratoires ont également été effectuées concernant les rythmes vitaux de l’organisme vivant.

Par exemple, une des nombreuses évaluations cliniques a porté sur 300 patients souffrant de lombalgie, choisis au hasard auprès de 35 microkinésithérapeutes. Chaque patient devait répondre à un questionnaire déjà bien connu (l'Échelle d'Incapacité Fonctionnelle) pour l'évaluation des lombalgies. Cette échelle permet d'évaluer avec précision l'intensité d'une lombalgie. Les patients ont rempli le questionnaire juste avant leur traitement, deux jours plus tard, puis six jours plus tard. Les résultats de cette évaluation démontrent que la séance de microkinésithérapie a permis d'améliorer la condition de l'ensemble des patients d'une façon significative, dès le 2e jour et au moins jusqu'au 6e. Ainsi, avant le traitement, 36 % des patients présentaient une lombalgie faible, 43 % moyenne et 21 % sévère. Après six jours 81 % avaient une lombalgie nulle (25 %) ou faible (56 %), 12 % moyenne, et 7 % sévère.

 

Où puis-je faire soigner mon animal par microkinésithérapie ?

Le Docteur Samy Abdellich peut recevoir votre  cheval , votre chien, votre chat, ou se déplace pour manipuler vos chevaux  à domicile.

Pour toute question, et pour consulter les horaires de la clinique vétérinaire à Libramont, vous pouvez cliquer sur le lien « clinique vétérinaire » sur la page des services vétérinaires ou cliquez ici :  http://cliniqueveterinaireacm.be/

 

 

 

 

Copyright © 2008 - 2017 by Elbey-arabians